S'inscrire au CED - Se connecter

Edouard Manet (1832-1883)


Dans la Serre (1879)


De la femme à la peinture moderne (9 min)


18955 visions, 8 commentaires
Note moyenne : 4.5 / 5  

Déposer une évaluation

Dernières évaluations

Mauvais

Manet!

Brillant, mais pure interprétation basée sur d'infimes détails et de la "psychologie de magazine" . Pas le moindre commencement de preuve sur la réelle intention du peintre. Pas de donnée concrète sur les personnages ni leurs relations réelles. Pas le moindre doute ou hypothèse alternative. Curieuse manière d'apprendre à réfléchir. Les commentaires élogieux d'enseignants sont donc inquiétant.

J'attends : Le sexe des anges !

par Estpourmesamis Mon nom, Chef d'entreprise


Excellent. A imiter

la finesse de l'analyse, le beauté des images, le rythme, la musique

Rien

J'attends : justement (et comme tout le monde) : Berthe Morisot

par Seglio Maxime, Etudiant


Voir plus d'évaluations

Soyons francs : au premier abord, ce couple semble être aux relations hommes-femmes, ce que ces plantes en pot sont à la nature... un erzatz ou un pastiche ! Mais il faut y regarder de plus près, car derrière la déception se cache une révolution pour la peinture, où les femmes jouent les premiers rôles.

Expert scientifique : Côme Fabre (Musée d'Orsay) ; Réalisateur : Erwan Bomstein

Sous-titres disponibles : arabe, bengali, espagnol Espagne), espagnol (Mexique), persan, français, hébreu, italien, portugais, portugais brésil, roumain, russe. Pour les activer, démarrez la vidéo et cliquez sur le menu "CC".


Dans la Serre de Manet : une interview du réalisateur

Pour chaque épisode, CED réalise une interview fictive destinée à approfondir ou (auto)critiquer le film. Erwan Bomstein-Erb, diplômé d’HEC et agrégé de philosophie, a joué le rôle de producteur, réalisateur et scénariste. Dans cette interview, nous nous demandons si nous pouvons faire confiance aux propos d’un homme qui porte autant de casquettes.
 
CED > Pourquoi avoir écrit et réalisé ce film alors que vous n’êtes pas spécialiste de Manet ?
 
Erwan Bomstein-Erb > C’est d’abord une affaire de circonstances : pour convaincre nos partenaires, j'ai dû écrire ce script en dix jours. J'ai donc réemployé le travail d’enquête préalablement réalisé pour un projet de film long(dans la veine du Delacroix et du Holbein) consacré au Bar aux Folies Bergère. J’ai par exemple passé du temps à traduire de larges passages du livre de T.J. Clark, The Painting of Modern Life (qui sera bientôt traduit en français), une découverte stimulante.

J'avoue ensuite avoir une affinité particulière avec Manet, chez qui on trouve une ironie, un humour, une distanciation typiquement françaises qui ont donné le ton pour l'ensemble de la série.

Deuxièmement, je dirais que cette démarche d’écriture correspond au principe même de la série : encourager des non spécialistes, des personnes qui n’ont pas l’habitude d’aller au musée, à se risquer à une interprétation argumentée. Tous les films commencent donc avec des observations, des associations d’idées qui peuvent paraître naïves, “cliché”, etc... et la règle est qu’au moins 50% de chaque film est fondé sur des observations, des comparaisons visuelles que chacun est en mesure de faire. Le slogan caché de cette série c’est le sapere aude(“ose savoir”), le “ait le courage de te servir de ton propre entendement” dont parle Kant dans “Que sont les Lumières”.


CED > Quels sont ces éléments de style qui sont mis en place avec l’épisode Manet et qu’on retrouve ensuite dans le reste de la série ?

EBE > On le voit par exemple dans l’introduction. L’idée est que nous sommes un petit peu comme des cambrioleurs équipés de lampes de poches : nous voyons certains détails du tableau sans percevoir l’ensemble, et sans lire un cartel qui nous avertit que nous sommes devant un chef-d'oeuvre et censés nous plonger dans l'extase ou l'adoration. Au départ, nous jouons donc à réduire le tableau à des impressions fragmentaires, presque génériques : “un homme”, “une femme”, “de la végétation” et nous faisons l’association avec Adam et Eve ou une scène érotique façon XVIIIème... c'est-à-dire des scènes qui répondent à cette description sommaire. Nous avions aussi en tête des images plus contemporaines : dans le cinéma, je pense par exemple à des plans de films comme Soudain l’été dernier (Mankiewicz, 1959), Le Mépris (Godard, 1963, images ci-dessous) ou encore la Belle et la Bête (Cocteau, 1946).



Dans la seconde partie de l’introduction, on regarde le tableau plus attentivement et on montre alors qu’il doit -en toute logique- nous décevoir. L’idée est que l’oeuvre de Manet apparaît d’une certaine façon comme un “pastiche”, et en plus comme un pastiche réalisé de façon un peu désinvolte, “mal peint”. Se mettre dans la position où l’on peut admettre, ne serait-ce qu’une minute, que le “chef-d’oeuvre” n’en est peut être pas un, c’est se donner la permission de penser.

CED > Ces “projections mentales” ont-elles un rapport avec l’artiste lui-même, ont-elles une valeur historique, ou avec le point de vue du spectateur d’aujourd’hui ?

Dans le cas de Manet, cela fonctionne très bien car nous savons qu’il joue avec l’histoire de l’art. Par exemple, nous savons que le Déjeuner sur l’Herbe est une espèce de pastiche d’un Jugement de Paris (voir le groupe en bas à droite de la gravure de Marc-Antoine Raimondi d’après Raphael ci-dessous, où le modèle féminin prend la place d’une Nymphe qui regarde le spectateur, assise près de deux dieux fleuves) :

- le paysage pastoral idéal a été remplacé par une fausse nature d’atelier, qui évoque elle-même plutôt une forêt de banlieue ;

- un petit oiseau remplace le génie ailé...

- ...qui vient couronner la plus belle femme du monde, cette dernière n’étant plus la déesse Vénus, mais peut-être cette parisienne, une femme du peuple qui travaille de façon équivoque (au moins en tant que modèle pour ses amis peintres), ...

- ... près de jeunes parisiens qui ont pris la place des dieux fleuves.

J’aurais aussi pu faire référence à l’Olympia, qui fait explicitement référence à la Vénus d’Urbin du Titien. Ce que tout cela montre, ce n’est pas simplement que Manet se sert des anciens comme d’un réservoir d’inspiration. Il sait aussi qu’une partie de ses spectateurs éclairés aura en tête ces modèles anciens : c’est une manière de dire au spectateur, “j’aurais pu faire un jugement de Paris et le faire comme vous l’auriez souhaité”, mais je vous livre autre chose.



Or, cette attitude que Manet repère concernant sa peinture -à savoir que les spectateurs disposent d’une culture visuelle de plus en plus étendue grâce aux musées et aux reproductions, à un “musée imaginaire”-, c’est désormais le lot de tout spectateur aujourd’hui. A chaque fois que l’on voit une oeuvre d’art, on a tendance à la ranger dans des catégories, des époques, à la rapprocher d’oeuvres ou d’images déjà connues (y compris l’audiovisuel, la publicité ou le reportage). La leçon que nous donne Manet, c’est plutôt de s’intéresser à l’écart qu’il y a entre ces étiquettes, ces “projections mentales” et l’oeuvre.

De même que Manet semble donc nous regarder de derrière son tableau en nous disant “je sais ce que tu attends”, nous devons tenir compte du fait que personne n’arrive “vierge” devant un tableau et essayer de voir en quoi l’oeuvre trompe nos attentes : par exemple, en quoi les Moisonneurs de Bruegel ne sont pas simplement une gentille représentation des saisons éternelles ou en quoi la Nuit étoilée a plus à nous dire que le basculement d’un homme vers la folie.

Dans la Serre nous livre donc autre chose qu’un “couple éternel” à la mode du jour : c’est un Adam et Eve, où Eve serait à droite (à la place traditionnelle de l’homme), où le jardin d’Eden serait remplacé par une serre de ville, sans son serpent (mais aurait-il supporté la fumée du cigare ?)

CED > Justement, allons au-delà de l’introduction ! Vous dites que ce qui intéresse plus généralement Manet, c’est l’évolution des rapports entre les sexes dans un nouveau contexte, qui est celui de la ville, et vous dites ensuite que le noeud de cette évolution c’est le regard de la femme, qui est lui-même la clé d’un style de peinture qui attire et repousse le spectateur. Quelle est exactement la thèse : que Manet aime les femmes parisiennes au point de faire comme elles en peinture ?

Manet est effectivement fasciné par les femmes, leurs vêtements, leur maquillage, à un point qui peut évoquer un certain fétichisme, notamment lorsqu’il représente des bas, une cheville dans des lettres adressées à ses correspondantes féminines. Il a aussi exposé sa toile Nana dans la vitrine d’un marchand, au milieu de “bimbeloteries et éventails”.

La manière dont les femmes se peignent en se maquillant, jouent un personnage à la fois séduisant et en même temps artificiel, portent des vêtements sexy qui sont en même temps des carapaces ou des armures, peut être considéré comme analogue de ce que fait le peintre. Mais ce rapprochement n’est pas nouveau : Holbein avait déjà pris l’image de Laïs, une prostituée corinthienne, comme emblème de son art (voir le documentaire sur les Ambassadeurs), et Manet bien sûr n’est pas le seul artiste à aimer les femmes.


Annabel Lee (1881)


Lettres de Manet à Mme Jules Guillemet (juillet-août 1880)


Il faut donc chercher au-delà des goûts et inclinations personnelles de Manet : la thèse du film est qu’il fait bien mieux que d’exprimer sa fascination pour de séduisantes parisiennes. Il arrive plus généralement à capter l'émergence d’une nouvelle “race” de femmes, qui ont en elles une nouvelle forme d’autonomie : elles sont représentées comme des “sièges de décision”.

Olympia est emblématique de ce changement : alors qu’il s’agit d’une prostituée, et non pas de la “courtisane” haut de gamme qui fascine depuis longtemps les auteurs, Manet ne la représente ni de façon misérabiliste, ni comme un simple corps disponible, mais comme un individu capable de dire "oui" ou “non”, et dont l’existence matérielle, en tout cas, ne dépend pas d’un homme en particulier.

Il n’y pas en arrière-plan de petite musique moralisante ou grivoise qui rend ce corps nu de prostituée “artistiquement admissible”. Le modelé du corps est d’une certaine façon neutralisé, et avec lui l’érotisme : le sujet du tableau se joue plutôt autour du fait que nous pénétrons dans un espace dont la maîtresse est un femme, une femme qui n’est pas seulement un corps mais une tête.


 

Plus généralement, Manet capte peut-être ce que l’historien des moeurs Alain Corbin qualifie de “stérilisation de l’amour” à propos de l’évolution des comportements sexuels dans la seconde moitié du XIXème siècle : alors que la morale officielle proscrit les rapports sexuels hors mariage, les idéaux pratiques du Second Empire font du luxe et des femmes la récompense naturelle du succès. On s’habitue donc dans les pratiques bourgeoises à dissocier le plaisir sexuel de la procréation et de l’idéal familial, tout en s’efforçant de “sauver les apparences”.

Dans Le Bal masqué à l’opéra Manet exprime parfaitement cette hypocrisie qui est aussi celle des débuts de la IIIème République de Mac Mahon : sur fond d’ordre moral, le foyer de l’opéra reste l’endroit où le tout Paris vient flirter avec les actrices. On peut aussi remarquer que Manet -à l’exception de sa propre épouse et de celle de Monet- ne représente quasiment jamais les femmes en figures maternelles, ni de familles. Le foyer familial, comme les jardins de campagne semblent être pour Manet des temples de l’ennui.

Si l’on veut pousser la réflexion un peu plus loin, on pourrait dire que ce que Manet représente, ce sont des hommes et des femmes qui se regardent -toujours avec un certain degré de désir- , mais sans avoir plus pour horizon la justification traditionnelle qui est celle de la fécondité naturelle et de la famille. Manet représente des femmes comme des amies intéressantes, sans qu’il ne s’agisse nécessairement de mères, de maîtresses ou d’épouses en puissance. Elles ont une existence propre, et c’est plutôt le spectateur masculin qui semble attendre quelque chose d’elles.

CED > A vous entendre Manet serait donc un peintre féministe ?

EBE > C’est une question intéressante qui dépasse le propos de ce film court. Des études ont été récemment réalisées (par exemple Manet, Manette de Carol Armstrong publié en 2002) pour comparer le regard de Manet sur les femmes et celui de Berthe Morisot. Au sujet de la Femme à toilette, elle voit par exemple chez Morisot : “La femme fragile, incorporelle, interdite à la possession brutale (...) située hors du monde de la marchandisation sexuelle, un refus davantage qu'une confrontation avec le regard masculin libertin”. Le regard de Manet est aussi “sexué” : il est difficile de regarder Olympia ou Nana sans penser qu’on est un homme. Mais ce regard n’est pas univoque : il ne fait de la femme ni une chose ni un idéal éthéré ; il y a donc une véritable complicité de Manet avec les femmes. Pour Carol Armstrong, cela tient à une “double identité sexuelle de sa technique”, l’une masculine, aux forts contours graphiques, avide de formes généreuses (traduisant le regard gourmand du consommateur sexuel), et l’autre, empruntée à Morisot, plus colorée, évanescente, propre à la femme qui construit son sex-appeal par des obstacles, des filtres tels que le maquillage, la voilette, le froufrou. C’est sans doute un des points que j’aurais cherché à développer dans un film sur le Bar aux Folies Bergère que j’évoquais tout à l’heure : chez Manet, la femme est à la fois objet et sujet.


Manet, Devant le Miroir, Musée Gugenheim, New York


Berthe Morisot, la Femme à la toilette (1880), Chicago

CED > Mais quel est la rapport entre ces constats sur l’évolution des moeurs et la forme d’art de Manet. Ne pouvait-on pas exprimer les mêmes choses en peignant à la manière de Courbet ou de Monet ?

EBE > Lorsqu’on lit des études sur Manet on est frappé effectivement par l’existence de deux types d’interprétations, qui séparent le fond et la forme. Pour les uns, Manet est l’inventeur ou le précurseur de la peinture pure (Clément Greenberg a utilisé Manet pour en faire le précurseur de l’art américain de l’après-guerre : cela est très bien expliqué par Julian Bell dans un petit livre très accessible et stimulant intitulé What is Painting?), parce qu’il assume le fait qu’une peinture est une “surface”. Pour les autres, c’est le sujet seul qui compte : on nous rabat les oreilles avec les “scandales” que sa peinture a suscité auprès des “bourgeois”, en oubliant que Manet voulait voir sa peinture reconnue officiellement et ne cherchait pas délibérément à choquer le bourgeois. Je veux dire que la peinture de Manet ne peut pas être réduite à du tapage : sinon pourquoi nous intéresserait-elle encore aujourd’hui ?

Ce petit film cherche donc très modestement à parler à la fois du fond et de la forme. Chez Courbet, les femmes sont terriennes, massives. Chez Monet, elles sont partie intégrante d’un traitement optique systématique. Chez Manet, elles ont un regard qui est en émulation et en compétition avec celui du peintre. Et la forme des tableaux est en harmonie avec ce jeu : ce ne sont pas des tableaux qui offrent une jolie petit lucarne au spectateur, mais qui le contrarient, le mettent en question.

[...] Voir la suite


Discussions

Espace discussion de: L'Art en Question 2 : Dans la Serre de Manet

Les discussions vous permettent de réagir de façon informelle, ce qui est idéal pour donner des conseils, exprimer et échanger votre opinion. Vous pouvez également poster une évaluation, qui constitue une appréciation plus formelle du contenu.

  5  messages

amyria987

Le 7 Janvier


Super analyse! Jamais je n'aurait pensé à toutes ces allusions sur le mariage, sur l'entente d'un couple qui est arrêtée au sens propre par un mur invisible, sur la socièté moderne même de son temps, bref j'ai appris de nouvelles choses passionantes! 

omar belhadj

Le 17 Novembre 2013


slt

jai besoin dun document sur manet. c pour une recherche personelle.

 

 

Juliette Tournier

Le 26 Avril 2013


Pouvez vous indiquer les titres des extraits d'oeuvres musicales qui accompagnent la vidéo s'il vous plait ? Si c'est déjà fait, je ne l'ai pas vu.. Merci !

Erwan

Le 14 Juin 2013


Ils sont dans le générique final de la vidéo

jean pierre touzinaud

Le 21 Février 2013


Je souhaite simplement m'excuser sur l'orthographe erronnée (mais il n'y a pas de faute sur les noms propres dit on?) que j'ai utilisée concernant Berthe MORISOT. Merci

Campagne de don


Soutenez la production et la diffusion de cette nouvelle série. En savoir plus.

108.8%
Objectif:

20000 €


Donner maintenant
Donner par chèque Derniers donateurs
Francois : 1€ le 6 juin
Bouillard : 10€ le 31 mai 2015
Nicolas : 30€ le 12 mai 2015
CLAIRE : 20€ le 10 mars 2015
lilli : 10€ le 25 février 2015
Tous les donateurs
Francois : 1€ le 6 juin
Bouillard : 10€ le 31 mai 2015
Nicolas : 30€ le 12 mai 2015
CLAIRE : 20€ le 10 mars 2015
lilli : 10€ le 25 février 2015
Jean-François : 150€ le 31 décembre 2014
EMMANUEL : 150€ le 30 décembre 2014
Bernard : 150€ le 18 décembre 2014
Annie : 50€ le 15 décembre 2014
Marc : 150€ le 12 décembre 2014
Jean - Pierre : 150€ le 10 décembre 2014
muriel : 150€ le 7 décembre 2014
francoise : 150€ le 29 novembre 2014
eva : 30€ le 28 novembre 2014
Astrid : 25€ le 23 novembre 2014
Jean Marie : 10€ le 20 octobre 2014
Chantal : 25€ le 22 septembre 2014
Simone : 30€ le 17 septembre 2014
Anne : 100€ le 15 septembre 2014
annie : 10€ le 23 août 2014
Julie : 10€ le 24 juin 2014
sylvie : 25€ le 8 avril 2014
Joëlle : 100€ le 8 février 2014
Paulette : 50€ le 7 février 2014
Jean-Claude : 50€ le 5 février 2014
marie-ange : 10€ le 1 février 2014
Pierre-John : 50€ le 15 janvier 2014
Roseline : 25€ le 13 janvier 2014
Françoise : 50€ le 8 janvier 2014
Sever : 150€ le 31 décembre 2013
Ghyslaine : 150€ le 31 décembre 2013
RENEE : 50€ le 31 décembre 2013
stéphanie : 30€ le 30 décembre 2013
Pascal : 100€ le 30 décembre 2013
Bernard : 50€ le 30 décembre 2013
Annie : 50€ le 30 décembre 2013
Isabelle : 50€ le 30 décembre 2013
Carole : 50€ le 28 décembre 2013
Caroline : 10€ le 28 décembre 2013
Claudine : 100€ le 28 décembre 2013
Thierry : 50€ le 26 décembre 2013
Nelly : 100€ le 25 décembre 2013
maité : 100€ le 25 décembre 2013
Daniel : 25€ le 25 décembre 2013
Genevieve : 50€ le 25 décembre 2013
robert : 50€ le 24 décembre 2013
Christophe : 150€ le 23 décembre 2013
charlotte : 25€ le 23 décembre 2013
straub : 150€ le 23 décembre 2013
Marie-Louise : 25€ le 23 décembre 2013
Bastien : 25€ le 23 décembre 2013
caroline.elissagaray : 25€ le 22 décembre 2013
Jean-pierre et Thérèse : 50€ le 21 décembre 2013
Helene : 200€ le 20 décembre 2013
gérard : 25€ le 20 décembre 2013
Guy : 150€ le 20 décembre 2013
Anne-Marie : 10€ le 19 décembre 2013
Véronique : 150€ le 19 décembre 2013
marie-paule : 25€ le 19 décembre 2013
Pascale : 25€ le 19 décembre 2013
LISA : 25€ le 19 décembre 2013
jacqueline : 100€ le 19 décembre 2013
Marie : 150€ le 18 décembre 2013
Bernard : 25€ le 18 décembre 2013
Nicole : 50€ le 18 décembre 2013
Fabienne : 100€ le 18 décembre 2013
Josette : 10€ le 18 décembre 2013
FRANCOIS : 150€ le 18 décembre 2013
Dominique : 25€ le 18 décembre 2013
EVELYNE : 25€ le 18 décembre 2013
BENOIT : 150€ le 18 décembre 2013
Jacqueline : 100€ le 18 décembre 2013
Nadia : 150€ le 18 décembre 2013
agnès : 100€ le 18 décembre 2013
mireille : 150€ le 18 décembre 2013
huguette : 25€ le 18 décembre 2013
felicien : 10€ le 18 décembre 2013
Elyse : 50€ le 18 décembre 2013
BEATRICE : 10€ le 18 décembre 2013
BEATRICE : 50€ le 18 décembre 2013
Philippe : 150€ le 18 décembre 2013
François : 25€ le 18 décembre 2013
alain : 25€ le 18 décembre 2013
Serge : 100€ le 18 décembre 2013
Josette : 25€ le 18 décembre 2013
Lise : 25€ le 18 décembre 2013
Jeanne : 100€ le 18 décembre 2013
sophie : 25€ le 18 décembre 2013
Sandra : 25€ le 18 décembre 2013
Michael : 25€ le 18 décembre 2013
Jean - Pierre : 200€ le 16 décembre 2013
JEAN FRANCOIS : 100€ le 14 décembre 2013
Jean Marie : 25€ le 13 décembre 2013
Antoinette : 150€ le 7 décembre 2013
Simone : 150€ le 7 décembre 2013
isabelle : 25€ le 6 décembre 2013
Ariane : 150€ le 6 décembre 2013
Gregoire : 150€ le 3 décembre 2013
Centre medical : 50€ le 2 décembre 2013
Marie-Thérèse : 100€ le 1 décembre 2013
Benoît : 25€ le 25 novembre 2013
nicole : 25€ le 25 novembre 2013
Urbain : 150€ le 23 novembre 2013
Dominique : 150€ le 21 novembre 2013
Florence : 150€ le 20 novembre 2013
Ita : 50€ le 20 novembre 2013
Françoise : 30€ le 20 novembre 2013
Emmanuelle : 150€ le 20 novembre 2013
Pascale : 15€ le 20 novembre 2013
Monique : 25€ le 20 novembre 2013
Christiane : 25€ le 19 novembre 2013
Veronique : 100€ le 17 novembre 2013
claude : 150€ le 16 novembre 2013
Jacqueline : 25€ le 14 novembre 2013
Clement : 25€ le 14 novembre 2013
Helene : 25€ le 14 novembre 2013
Annie : 150€ le 14 novembre 2013
Pierre : 20€ le 14 novembre 2013
Marc : 15€ le 14 novembre 2013
Maud : 20€ le 14 novembre 2013
Thérese : 25€ le 11 novembre 2013
Yvonne : 30€ le 11 novembre 2013
Muriel : 150€ le 11 novembre 2013
Véronique : 25€ le 9 novembre 2013
caroline : 10€ le 9 novembre 2013
Jean - Pierre : 100€ le 9 novembre 2013
monnier : 25€ le 9 novembre 2013
Maxence : 150€ le 8 novembre 2013
BALDON : 100€ le 8 novembre 2013
Daniel : 25€ le 8 novembre 2013
Christophe : 10€ le 8 novembre 2013
dominique : 25€ le 8 novembre 2013
Jean Marie : 10€ le 8 novembre 2013
Romain : 10€ le 8 novembre 2013
Gabrielle : 10€ le 8 novembre 2013
Josette : 25€ le 8 novembre 2013
DIDIER : 25€ le 8 novembre 2013
Michael : 25€ le 8 novembre 2013
christian : 50€ le 8 novembre 2013
Richard : 25€ le 8 novembre 2013
rose : 25€ le 4 novembre 2013
josiane : 25€ le 28 octobre 2013
michel : 150€ le 25 octobre 2013
Maryse : 10€ le 23 octobre 2013
Anne-Marie : 25€ le 22 octobre 2013
Gérard : 150€ le 15 octobre 2013
Françoise : 25€ le 10 octobre 2013
Norbert : 50€ le 9 octobre 2013
Renée : 50€ le 8 octobre 2013
Jacques : 150€ le 4 octobre 2013
cécile : 20€ le 3 octobre 2013
colette : 25€ le 2 octobre 2013
Catherine : 50€ le 2 octobre 2013
Françoise : 20€ le 2 octobre 2013
Dalia : 10€ le 2 octobre 2013
Nicolau : 25€ le 2 octobre 2013
Philippe : 25€ le 2 octobre 2013
Romain : 10€ le 2 octobre 2013
Michèle : 100€ le 2 octobre 2013
Stéphanie : 10€ le 1 octobre 2013
Pascale : 50€ le 30 septembre 2013
christian : 150€ le 30 septembre 2013
florence : 10€ le 24 septembre 2013
Thierry : 50€ le 17 septembre 2013
Emmanuelle : 25€ le 25 août 2013
Alain : 5€ le 22 juillet 2013
Nabil : 50€ le 19 juillet 2013
Marguerite : 100€ le 19 juillet 2013
lise : 25€ le 11 juillet 2013
Siloé : 1€ le 11 juillet 2013
Marie-Noelle : 20€ le 8 juillet 2013
Guy : 1€ le 2 juillet 2013
Paulette : 25€ le 2 juillet 2013
Michel : 25€ le 2 juillet 2013
Sil : 10€ le 2 juillet 2013
Nadia : 50€ le 2 juillet 2013
aude : 100€ le 27 juin 2013
maïté : 100€ le 26 juin 2013
benoit : 50€ le 10 juin 2013
virginie : 1€ le 9 juin 2013
Anne : 25€ le 3 juin 2013
JACQUELINE : 150€ le 31 mai 2013
Sophie : 50€ le 30 mai 2013
Emmanuel : 150€ le 29 mai 2013
Elisabeth : 150€ le 29 mai 2013
stephane : 10€ le 28 mai 2013
Pierre-John : 50€ le 10 mai 2013
Marie-Christine : 15€ le 10 mai 2013
jacqueline : 600€ le 5 mai 2013
Bernard : 100€ le 26 avril 2013
AUDE : 50€ le 23 avril 2013
Simon : 50€ le 23 avril 2013
Nicole : 25€ le 22 avril 2013
Jean Marie : 10€ le 16 avril 2013
Philippe : 10€ le 15 avril 2013
Françoise : 150€ le 15 avril 2013
marie andree : 25€ le 13 avril 2013
Marie-Christine : 15€ le 8 avril 2013
pierrette : 5€ le 1 avril 2013
Daniel : 50€ le 21 mars 2013
Andrea : 10€ le 21 mars 2013
Michele : 25€ le 21 mars 2013
Isabelle : 10€ le 15 mars 2013
Jean-Louis : 150€ le 15 mars 2013
Jean F : 25€ le 5 mars 2013
marie-dominique : 25€ le 28 février 2013
Veronique : 150€ le 22 février 2013
Jean Claude : 50€ le 22 février 2013
Costanza : 150€ le 21 février 2013
Martine : 15€ le 19 février 2013
Alina : 150€ le 19 février 2013
Françoise : 30€ le 7 février 2013
Leclercq : 150€ le 30 janvier 2013
Patrick : 50€ le 29 janvier 2013
Ariel : 150€ le 29 janvier 2013
Muriel : 25€ le 28 janvier 2013
nadine : 25€ le 25 janvier 2013
pierrette : 25€ le 24 janvier 2013
liliane : 50€ le 24 janvier 2013
lucile : 25€ le 20 janvier 2013
Hervé : 100€ le 31 décembre 2012
FRANCOISE : 150€ le 28 décembre 2012
annie : 10€ le 27 décembre 2012
miguel : 25€ le 21 décembre 2012
Caroline : 150€ le 19 décembre 2012
Louis : 25€ le 19 décembre 2012
Jessica : 10€ le 19 décembre 2012
Louis : 10€ le 18 décembre 2012
Claude : 150€ le 18 décembre 2012
JACQUELINE : 150€ le 18 décembre 2012
Anne-Franckline : 150€ le 18 décembre 2012
PHILIPPE : 150€ le 18 décembre 2012
Maryvonne : 1€ le 17 décembre 2012
Philippe : 25€ le 17 décembre 2012
jean-luc : 150€ le 17 décembre 2012
Valérie : 50€ le 15 décembre 2012
natacha : 1€ le 11 décembre 2012
christiane : 25€ le 8 décembre 2012
Daniel : 50€ le 6 décembre 2012
Bertrand : 15€ le 5 décembre 2012
Yannick : 150€ le 3 décembre 2012
sophie : 100€ le 2 décembre 2012
Antoinette : 150€ le 30 novembre 2012
François : 100€ le 29 novembre 2012
maryse : 100€ le 29 novembre 2012
Olivier : 100€ le 29 novembre 2012
Laurent : 300€ le 28 novembre 2012
jacqueline : 250€ le 27 novembre 2012
jacqueline : 250€ le 27 novembre 2012
Johann : 10€ le 20 novembre 2012
CHRISTOPHE : 25€ le 19 novembre 2012
Patrick : 25€ le 16 novembre 2012
Brigitte : 25€ le 15 novembre 2012
Michael : 25€ le 15 novembre 2012
Josette : 25€ le 4 novembre 2012
thierry : 25€ le 21 octobre 2012
mireille : 100€ le 8 octobre 2012
amandine : 1€ le 7 octobre 2012
Catherine : 50€ le 3 octobre 2012
anne : 25€ le 25 septembre 2012
elisabeth : 25€ le 21 septembre 2012
Olivier : 25€ le 18 septembre 2012
pascal : 25€ le 15 septembre 2012
Suzanne : 10€ le 12 septembre 2012
Carole : 10€ le 7 septembre 2012
: 30€ le 30 août 2012
nadia : 25€ le 7 août 2012
Pascal : 25€ le 19 juillet 2012
evelyne : 25€ le 2 juillet 2012
catherine : 25€ le 22 juin 2012
Paule : 25€ le 20 juin 2012
Christiane : 25€ le 20 juin 2012
JOELLE : 10€ le 20 juin 2012
Jean-Marie : 50€ le 20 juin 2012
nadine : 25€ le 20 juin 2012
Maryvonne : 1€ le 15 juin 2012
Elisabeth : 10€ le 15 juin 2012
Rossana : 25€ le 14 juin 2012
Jeanine : 10€ le 13 juin 2012
thierry : 100€ le 10 juin 2012
Marie-Joelle : 50€ le 9 juin 2012
Max : 50€ le 8 juin 2012
Pascale : 30€ le 7 juin 2012
Annie : 25€ le 7 juin 2012
christine : 50€ le 6 juin 2012
pierre : 50€ le 6 juin 2012
Franck : 25€ le 6 juin 2012
Julien : 100€ le 6 juin 2012
gallinaro : 25€ le 6 juin 2012
Michele : 100€ le 6 juin 2012
Marc : 50€ le 6 juin 2012
lucette : 50€ le 6 juin 2012
marguerite : 25€ le 6 juin 2012
MESLIN : 25€ le 6 juin 2012
Christophe : 100€ le 5 juin 2012
patrice : 50€ le 5 juin 2012
Sylvie : 50€ le 5 juin 2012
Françoise : 25€ le 5 juin 2012
louis : 25€ le 5 juin 2012
françoise : 25€ le 5 juin 2012
anne-marie : 50€ le 5 juin 2012
Hélène : 25€ le 5 juin 2012
MICHELE : 25€ le 4 juin 2012
Robert : 25€ le 4 juin 2012
Anne : 10€ le 4 juin 2012
Emilie : 50€ le 4 juin 2012
frederique : 25€ le 4 juin 2012
jean-luc : 50€ le 4 juin 2012
Manon : 5€ le 4 juin 2012
RENEE : 25€ le 4 juin 2012
sylvain : 10€ le 4 juin 2012
Richard : 25€ le 4 juin 2012
Francois : 50€ le 4 juin 2012
benoit : 25€ le 4 juin 2012
ANNE MARIE : 50€ le 4 juin 2012
isabelle : 25€ le 4 juin 2012
Frederic : 100€ le 4 juin 2012
lise : 25€ le 4 juin 2012
Saleha : 25€ le 4 juin 2012
aleth : 25€ le 4 juin 2012
Jocelyne : 25€ le 4 juin 2012
jean-pierre : 25€ le 4 juin 2012
Michael : 25€ le 4 juin 2012
jean-claude : 25€ le 4 juin 2012
Robert : 25€ le 4 juin 2012
Neike : 50€ le 3 juin 2012
Monique : 25€ le 3 juin 2012
Norbert : 50€ le 2 juin 2012
Nadia : 50€ le 2 juin 2012
Eric : 25€ le 31 mai 2012
maïté : 50€ le 30 mai 2012
Michael : 25€ le 30 mai 2012
aude : 25€ le 30 mai 2012
Jérôme : 10€ le 30 mai 2012
sandrine : 10€ le 29 mai 2012
sandrine : 1€ le 29 mai 2012
Josette : 25€ le 29 mai 2012
Maryvonne : 1€ le 25 mai 2012
Michael : 25€ le 24 mai 2012
Claude : 50€ le 24 mai 2012
CATHERINE : 25€ le 24 mai 2012
DGAYGUI : 100€ le 23 mai 2012
Olivier : 100€ le 23 mai 2012
Isabelle : 100€ le 23 mai 2012
Aurelien : 100€ le 23 mai 2012
Evelyne : 10€ le 23 mai 2012
Denise : 30€ le 22 mai 2012
Marie-Reine : 10€ le 22 mai 2012
Jean-Claude : 25€ le 22 mai 2012
Andrée : 50€ le 22 mai 2012
charon : 25€ le 21 mai 2012
Isabelle : 25€ le 21 mai 2012
Françoise : 25€ le 21 mai 2012
Michèle : 25€ le 21 mai 2012
armelle : 25€ le 21 mai 2012
anne : 25€ le 20 mai 2012
myriam : 25€ le 20 mai 2012
Jean-Yves : 25€ le 20 mai 2012
agnes : 10€ le 20 mai 2012
tong : 25€ le 20 mai 2012
Michael : 25€ le 20 mai 2012
thierry : 25€ le 20 mai 2012
Cristhine : 25€ le 20 mai 2012
patrick : 25€ le 20 mai 2012
Nicole : 200€ le 20 mai 2012
MICHELINE : 100€ le 20 mai 2012
Pierre : 10€ le 20 mai 2012
Lucie : 25€ le 19 mai 2012
Elisabeth : 25€ le 19 mai 2012
Costanza : 100€ le 17 mai 2012
Yves : 25€ le 17 mai 2012
frederique : 25€ le 16 mai 2012
Manon : 5€ le 16 mai 2012
Barbara : 100€ le 16 mai 2012
benoit : 25€ le 16 mai 2012
jean paul : 50€ le 16 mai 2012
stéphanie : 25€ le 16 mai 2012
Caroline : 25€ le 16 mai 2012
Jacqueline : 100€ le 15 mai 2012
marie odile : 25€ le 14 mai 2012
Jean-Claude : 50€ le 14 mai 2012
Marie : 50€ le 14 mai 2012
Mathias : 25€ le 14 mai 2012



Générique

Partenaires

Voir l'oeuvre sur le Google Art Project

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de l'Education nationale

Devenir partenaire
L'équipe

Ecrit et réalisé par

Erwan Bomstein-Erb

Production

Erwan Bomstein-Erb

Rémy Diaz

Expertise scientifique

Côme Fabre

Traduction anglaise

Vincent Nash

Voix-off

Erwan Bomstein-Erb (français)

Mark Jane (anglais)

Vidéographistes

Christopher Montel

Prise de son

Arnaud Prudon

Choix des musiques

Rémy Diaz

Post-production

Louis Vecten

Envie de travailler avec nous ?


Voir plus de vidéos