Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 30 septembre 2009

1er épisode de la web-série l'Art en Question : la Liberté guidant le Peuple de Delacroix

Démocratiser la culture artistique, c'est apprendre à raisonner et douter même de nos plus brillantes icônes !

La Liberté guidant le Peuple de Delacroix est l'un de ces tableaux devenu symbole de la France, de la démocratie et de la République, reproduit à l'infini sur les documents officiels, dans les publicités, en couverture des magasines et même sur des pochettes de disque ! Mais discernons-nous son véritable sens et les raisons de sa force artistique ? Rien n'est moins sûr quand on sait que Delacroix n'était ni démocrate, ni républicain !

C'est pour élucider cette contradiction que nous avons réalisé ce premier épisode de la web-série documentaire l'Art en question. Avec cette série nous avons voulu innover en profitant de la liberté du net, et proposer une production de haute qualité, fouillée et dynamique, qui s'efforce de ne jamais présupposer la valeur d'une oeuvre mais cherche, au contraire à la démontrer. Si vous êtes las des émissions télévisées naphtalinées et complaisantes sur le patrimoine, si vous voulez vous intéresser à l'art sans bêtement l'idolâtrer, l'Art en question est fait pour vous !

jeudi 28 mai 2009

Inventer de nouveaux modèles économiques

Ca y est, l'Art en question devient réalité : pour impliquer l'ensemble de notre communauté d'utilisateurs, nous avons créé une page qui annonce l'ensemble des projets en cours.

Notre objectif est de vous donner la possibilité de suivre les projets et d'y contribuer avant leur sortie.

Pour l'instant, la page reste en construction : au-delà de la vue synoptique des principaux projets en cours, vous pouvez cliquer sur le projet delacroix, qui vous donne accès au synopsis, à la première minute du film (version béta) et vous permet de nous envoyer des commentaires et d'être prévenu de son actualité.

A bientôt !

Toute l'équipe du CED.

mercredi 22 avril 2009

Naviguer dans les vidéos grâce à une ligne du temps (en cours de test)

C'est simple grâce au service Dipity : (on a juste fait une exception pour la mosaïque qui date du début du IIIème siècle)

jeudi 2 avril 2009

Lancement de la vidéo Poussin en anglais !



jeudi 26 mars 2009

YouTube : Rodin devant Lorie et Direct 8

200 abonnés, disions-nous ? En fait, la vidéo sur Rodin en version anglaise semble susciter l'engouement au point que la chaîne Youtube du Canal Educatif, avec plus de 1.000 abonnés passe devant de nombreuses offres d'entertainment : Lorie, la Fnac (785), les chansons de l’INA, Bob Sinclar, Virgin Music France, Julien Doré « officiel », etc.

Allez-voir le classement par vous-même et abonnez-vous pour continuer à faire grimper la culture.

mardi 10 mars 2009

YouTube : l'autre manière de voir nos vidéos

Au CED, nous apprécions beaucoup le site YouTube, qui nous permet notamment de faire connaître notre première vidéos en anglais.

Le nombre d'abonnés à la chaîne progresse. Il a rapidement dépassé la barre des 200 grâce à la vidéo sur Rodin, qui est très appréciée aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Thaïlande, etc. Ce chiffre nous met au niveau des chaînes de nombreuses institutions culturelles US, qui offrent non pas une, mais des dizaines de contenus. Un bon encouragement !

Voir la chaîne Canal Educatif sur YouTube

mercredi 3 décembre 2008

Nouvelle vidéo sur l'inflation

En ces temps de crise économique, des repères pour comprendre l'un des phénomènes les plus abstraits de l'économie.


Plus de vidéos éducatives !

lundi 1 décembre 2008

Mécéner un film est-ce bien utile ? (partie 1)

Bonjour,


Je suis réalisateur au Canal Educatif, qui vient de lancer une campagne de mécénat originale pour produire et diffuser des films éducatifs.

Nous avons reçu une question d'un internaute, qui nous paraît soulever une vraie question intéressante, notamment sur le fait de savoir en quoi une activité qui ne relève pas de l'humanitaire mériterait des dons. Nous sommes tellement convaincus du sens de notre action, au vue des résultats produits, que nous sommes vraiment heureux de pouvoir le justifier rationnellement.

Nous reproduisons donc ci-après la question de l'internaute :« le budget de production correspond a la construction de combien de classes dans les pays du tiers monde? », et nous nous empressons de répondre...

De notre point de vue, la question en contient plusieurs :



1) Donner pour un film éducatif est-il aussi utile que donner pour l’enseignement ?

2) Vaut-il mieux donner pour le tiers-monde ?



A la première question, il faut considérer l’impact quantitatif et qualitatif d’un film.



D’un point de vue quantitatif, il est évident que la taille du public et la durée de son exploitation doivent plus justifier l’investissement. Au CED nous mesurons rigoureusement l’audience pour nous assurer que chacun de nos nouveaux films sera utile à des dizaines de milliers de spectateurs. C’est ainsi que le coût rapporté à l’audience d’un bon film finit par être très significativement inférieur au coût unitaire d’un enseignement en direct. Cela signifie que l’investissement dans un film éducatif qui peut coûter cher mais connaît beaucoup de succès a du sens d’un point de vue économique.



D’un point de vue qualitatif, il faut aussi prendre en compte le fait qu’un film éducatif de 26 min est le résultat d’une somme d’expertise, d’efforts d’enquête et de travail qui sont par nature bénéfiques à l’enseignement traditionnel ne serait-ce que parce que ces vidéos peuvent être utilisées en classe, parce qu’elles peuvent inspirer un enseignement et surtout parce qu’elles mobilisent des compétences rares qu’il est impossible de mutualiser autrement que grâce aux nouvelles technologies.

Ces deux réflexions montrent qu’il est indispensable de prendre en compte la variété et la dimension des effets d’une vidéo pour évaluer son véritable « retour sur investissement ». Il nous paraît clair qu’on ne doit pas investir dans une vidéo éducative –ne serait que 5.000 euros- pour toucher 10.000 personnes.



A la seconde question, nous serons plus « radicaux ».



D’une part pour dire qu’à l’époque d’Internet la diffusion des contenus dépasse les frontières (20% en dehors de France pour le CED), et donc que les productions sont effectivement utiles en dehors de France. Saviez-vous que Marrakech figurait dans le top 10 des villes les plus connectées au CED ?

D’autre part pour dire que le temps où la France pouvait regarder les systèmes éducatifs étrangers « de haut » est révolue : même si cela n’est pas médiatique, le CED existe aussi et avant tout pour servir des Français d’origine modeste et même de la classe moyenne qui pâtissent d’inégalités profondes en termes d’accès à la culture artistique, économique ou scientifique, et donc de réussite scolaire. Si nous ne nous contentions que de stimuler leur goût des savoirs, leur curiosité, nous serions satisfaits, ne serait que parce qu’ils seront plus forts, et qu’on aide d’autant mieux les autres pays qu’on est plus fort, plus compétent et plus éclairé.

Voilà, nous ne sommes pas rentrés dans le débat exact concernant la "construction d'écoles" (qu'il ne s'agit pas que de construire mais de faire fonctionner quotidiennement avec des professeurs et des personnes formés), mais cette réponse vous permettra d'apprécier que la création de vidéos éducatives élaborées ne relève pas du tout du luxe. Quand on s'y prend bien on finit par être apprécié et utile à beaucoup du monde.

Peut-être qu'une autre question nous donnera l'occasion de justifier le coût d'une vidéo (qui est extrêmement variable), mais nous voulions déjà insister sur le "retour sur investissement".

Erwan Bomstein-Erb.

vendredi 7 novembre 2008

Le Canal Educatif distingué au niveau européen



Le projet Canal Educatif est retenu parmi les 6 finalistes du concours européen Médéa Awards 2008, qui récompense "l'excellence , l'innovation et les bonnes pratiques en matière d'usage de l'image et du son dans l'éducation". Plus de 100 candidats de 20 pays étaient sur la ligne de départ.

Ils bloggent nos vidéos !

Impossible de citer tous les sites d'établissements scolaires qui bloggent les vidéos du Canal Educatif :

En tout cas, nous avons créé un nouveau mode d'emploi qui devrait encore faciliter l'opération.

Quelques exemples :

samedi 4 octobre 2008

Auguste Rodin : un choix de musiques en affinité avec la Porte des Enfers

Rémy Diaz, l'un des auteur du scénario du film documentaire sur la Porte des Enfers, a accepté de réaliser une version du documentaire comportant un choix de musiques. Nous avons voulu en savoir plus sur les raisons de ces choix...

Voir la vidéo

Trois questions à l'auteur : le choix des musiques

1) Comment avez-vous choisi les musiques pour la nouvelle version du film ?

Tout d'abord, il s'agissait de restituer une ambiance et d’appuyer, de donner une couleur à notre propos, plus informelle et subjective que le texte de la voix off.

Mais il fallait aussi que les musiques soient révélatrices de l’art musical de l’époque de conception de chacune des portes !

2) Comment cela s'est-il concrétisé ?

Pour l’introduction et la première porte, pour lesquelles nous voulions une couleur sombre et mystérieuse, nous avons choisi des extraits du « Crépuscule des Dieux » de Richard Wagner. Crée en 1876, l’œuvre devance de quelques années la première porte. Le travail des deux artistes présentent d’ailleurs des similitudes dans leur volonté de créer des œuvres gigantesques très expressives : le « Crépuscule des Dieu » fait partie d’une tétralogie, un groupe de quatre opéra d’une durée de 14h englobant l’ensemble de la mythologie germanique. Tout comme Rodin se lance dans une porte aux dimensions gigantesque peuplée de centaines de figures.

Pour accompagner les images de Francesca, nous avons choisi le poème symphonique de Tchaïkovski qui date lui aussi de 1876 et relève de ce même courant très expressif.

3) Et comment différencier la deuxième porte, plus abstraite en utilisant la musique ?

Pour la seconde porte, le « Prélude à l’après midi d’un Faune » s’est imposé de lui-même. La musique semble aussi fluctuante, ondoyante et insaisissable que la Porte. Crée en 1894, l’œuvre semble appliquer à la musique ce que l’impressionnisme a apporté à la peinture. Enfin, quoi de mieux pour illustrer le symbolisme de Rodin qu’une œuvre musicale tirée d’un poème de Stéphane Mallarmé.

Notre première vidéo en anglais

Grâce à notre cher Rémy Diaz, très actif au sein de notre projet, nous avons le plaisir de compter une première adaptation en anglais de la vidéo consacrée à la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin.
Voici le lien vers la page de présentation, qui compte un commentaire exceptionnel du professeur Alex Potts, de l'Université du Michigan: cliquez ici.




More educational videos

jeudi 24 juillet 2008

Merci au Musée du Louvre

Les services éducatifs ont remarqué la vidéo du CED sur le St-Sébastien de Mantegna. Grâce à l'apport de photographies haute résolution de la part du musée, ils nous ont permis de vous livrer une nouvelle version de la vidéo...



Plus de vidéos éducatives !

mercredi 21 mai 2008

Art et pouvoir : une thématique pour une initiation à l'histoire de l'art

Trois vidéos à découvrir !


Louis XIV et Colbert au Pavillon de l'Aurore à Sceaux

Plus de vidéos éducatives !


Quand Napoléon rencontre deux architecte ambitieux : la Malmaison sous le Consulat

Plus de vidéos éducatives !

Un palais pour le peuple dans les années 30 à Boulogne : l'hôtel de Ville de Boulogne-Billancourt


Plus de vidéos éducatives !

samedi 5 avril 2008

Une nouvelle vidéo sur la porte de l'Enfer de Rodin

On est très fier de vous présenter un format de 2 x 12 min pour traiter de cette oeuvre exceptionnelle pour l'histoire de la sculpture, et ce pour trois raisons :


  • Avec cette vidéo, nous avons voulu proposer un programme audiovisuel fait pour les nouvelles audiences du web : un programme plus dense, on on apprend plus de choses qu'à la télévision.%%%
  • Avec cette vidéo, nous avons voulu nous distinger d'autres sites qui continuent de considérer la VOD comme un simple appendice à la télévision : il ne s'agit pas simplement de valoriser un stock de programmes fait pour la TV, mais de créer quelque chose de spécifique pour la VOD.
  • Avec cette vidéo, nous avons aussi voulu nous différencier d'un commentaire scolaire d'une oeuvre : dès le début de la partie 2, on apprend en quoi la création de Rodin n'est pas "un coup de tonnerre dans un ciel sans nuages", mais qu'elle répond en fait à des problèmes importants pour l'histoire de l'art.


Nous espérons sincèrement que cette création rencontrera le succès auprès du public !